À la rencontre du Rescate Wildlife Rescue Center (ancien Zoo Ave)

À la rencontre du Rescate Wildlife Rescue Center (ancien Zoo Ave), à Alajuela.

Avez-vous déjà entendu parler du Zoo Ave à Alajuela ? Si oui, je vous le présente avec son nouveau nom « Rescate Wildlife Rescue Center ». Ne vous y trompez pas, l’approche et l’objectif restent identiques depuis plus de 30 ans, et je vous le présente aujourd’hui après une nouvelle visite, car le travail de cette association est extraordinaire, elle vise à réhabiliter, sauver et relâcher les animaux sauvages et mérite d’être mise en avant…

L’histoire de Rescate Wildlife Rescue Center

Pour bien comprendre ce qui rend ce centre de sauvetage des animaux du Costa Rica si unique, il faut que je vous raconte son histoire, mais surtout son évolution année après année. Tout commence dans les années 1960, ou le « Zoo Ave » était un zoo privé délabré avec des installations et un cadre axé sur l’exportation et l’exposition de la faune, l’unique but était de tirer profit des animaux du Costa Rica.

Mais un homme, « Dennis Janik, fondateur », a été à l’origine d’un véritablement bouleversement, il a acheté dans les années 1980 l’ancien Zoo Ave afin de pouvoir sauver les animaux qui y vivaient et leur donner une meilleure qualité de vie, et c’est comme cela qu’il a réussi à transformer année après année ce centre en sanctuaire animalier et en centre de sauvetage des animaux. 10 ans après, en 1990, Dennis a créé l’organisation à but non lucratif « Fundación Restauración de la Naturaleza » (Fondation pour la restauration de la nature) afin de transformer officiellement l’ancien zoo en un sanctuaire et un centre de sauvetage.

La fondation a éliminé l’installation inadéquate précédente et a déplacé les animaux dans une plus grande propriété de 14 hectares qui borde la rivière Itiquís et forme un couloir biologique capital pour les animaux. Puis, au milieu des années 1990, les installations de La Garita à Alajuela ont évolué pour inclure un centre de sauvetage de la faune très fonctionnel, un sanctuaire de la faune pour les animaux non relachables et un centre pour la reproduction et la libération des espèces en danger.

Il y a eu de nombreux animaux qui ont été sauvés, originaires de la vallée centrale, et qui ont été relâchés sur la propriété de 14 hectares de La Garita. Le centre sauve des espèces venant de tout le pays, de différentes régions, il a donc été nécessaire d’établir des sites pour relâcher les animaux dans d’autres régions du pays afin que les animaux puissent être dans un habitat approprié. Et c’est pour cela qu’à la fin des années 1990, la Fundación Restauración de la Naturaleza a créé le refuge de faune Bosque Escondido, une forêt tropicale sèche de 800 hectares dans la péninsule de Nicoya. Par ailleurs, il y a également à Golfito une forêt tropicale de 36 hectares sur la péninsule d’Osa. Cela permet de relâcher les animaux dans leurs habitat naturel et grâce à un personnel expérimenté, les animaux sont relâchés avec un processus strict et très efficace ce qui permet d’avoir un taux de survie le plus élevé possible.

Donc, si vous m’avez suivi jusqu’ici, vous avez bien compris que le mot « Zoo » n’a rien à voir avec le travail formidable de protection de la faune qui est fait aujourd’hui. Mais vous allez voir qu'une fois que je vous aurais présenté la structure et l’organisation, cela deviendra encore plus passionnant et touchant. Juste avant, laisser moi éclaircir le point suivant : pourquoi un changement de nom ?

À la rencontre du Rescate Wildlife Rescue Center (ancien Zoo Ave)

C’est très intéressant de voir l’évolution en 30 ans seulement d’un mot comme « Zoo », un mot qui était courant et aimé, mais aujourd’hui, les mentalités changent, les prises de conscience et la préservation de la faune et de la flore sont devenues des enjeux essentiels dans le monde et il y a une véritable prise de conscience de tous, et « Zoo » est devenu péjoratif, plus lié à la souffrance animale qu’à son bien-être. C’est finalement l’opposé du travail de Rescate Wildlife Rescue Center. Il était donc nécessaire de travailler la communication pour que la mission première de Rescate Wildlife Rescue Center soit comprise de tous, avec un seul but final : pouvoir offrir une plus grande aide aux animaux. 

Les donateurs internationaux sont actuellement découragés par le mot « zoo » dans notre nom, nous avons donc besoin que ce nom reflète le travail conservateur que nous faisons. Nous transformerons notre marketing, notre image de marque et notre site Web au cours des prochains mois - ces changements généreront une meilleure compréhension de notre mission et, par la suite, plus d'aide pour les animaux que nous sauvons ».

Dennis Janik, directeur général et fondateur, Rescate Wildlife Tweet

DES ANIMAUX QUI ONT MARQUÉ L’HISTOIRE DU RESCATE WILDLIFE RESCUE CENTER !

Qui ne connait pas « Grecia », le toucan à prothèse ! Grecia, c’est une femelle toucan vivant au Rescate Wildlife Rescue Center, elle s’est fait greffer un nouveau bec, le sien ayant été rompu lorsqu’un groupe de garçons s’est amusé à battre l’oiseau en 2014. Le toucan sauvage, qui a été reçu par les vétérinaires avec son bec brisé et arraché, n’avait que très peu d’espoir de survie et ne pouvait plus attraper sa nourriture ni chanter.

Protection des animaux au Costa Rica - Toucan Grecia

Pour sauver l’animal, des soigneurs ont alors lancé un appel aux dons, auquel des centaines d’internautes ont répondu. Permettant ainsi une collaboration avec des ingénieurs travaillant avec les imprimantes 3D, afin de confectionner un bec sur mesure.

À la rencontre du Rescate Wildlife Rescue Center (ancien Zoo Ave)

Le bec étant essentiel à la vie de l’oiseau, plusieurs essais ont été nécessaires aux ingénieurs pour en créer un permettant à l’animal de s’alimenter, de chanter, de faire sa toilette, mais aussi de réguler sa température. Grecia a finalement pu retrouver l’usage de son bec.

Guapo le Jaguar : Je vous raconte son histoire, c’est parti ! Guapo, est un jaguar surnommé ainsi, car il a été retrouvé dans la ville de Guapiles, après le passage de l’Ouragan Otto en 2016. Il n’était qu’un petit jaguar, qui avait peur et faim et était gravement déshydraté. Seul, il lui a été impossible de retrouver sa maman et il a donc été emmené à l’École vétérinaire de l’Université nationale où ils ont pris soin de lui immédiatement.

À la rencontre du Rescate Wildlife Rescue Center (ancien Zoo Ave)

Guapo est arrivé à ZooAve pesant près de 3 kilos et est depuis devenu un félin en bonne santé de 41 kg. Il a emménagé dans son nouvel habitat en juin 2018 et possède de grands arbres, de la végétation, une piscine d’eau douce et de nombreux abris sur une superficie de 400 m2.

Comme Guapo a eu beaucoup de contacts humains depuis l’enfance, il ne peut pas être relâché dans la nature. Mais Rescate Wildlife Rescue Center fait de son mieux pour s’occuper de lui.

Triste histoire de Kivú, le lion qui vivait au célèbre zoo de Bolivar à San José. Il était gardé dans une minuscule cage à la vue constante des visiteurs. Pendant ses derniers jours au Rescate Wildlife Rescue Center, kivú a vécu dans un environnement approprié, jouissant d’une qualité de vie dans un grand enclos ouvert, construit spécialement pour lui, et aujourd’hui utilisé pour les félins tels que l’Ocelot, le Margay et le Jaguarundi, mais aussi pour d’autres espèces comme le Tayra, le Porc-épic, le Kinkajou et d’autres encore. Des animaux qui peuvent retourner dans leur habitat naturel après réhabilitation grâce au centre de sauvetage.

À la rencontre du Rescate Wildlife Rescue Center (ancien Zoo Ave)

Il a fait une impression inoubliable dans la mémoire de beaucoup, laissant un grand héritage à tous les félins du Costa Rica ici à Rescate Wildlife Rescue Center, avec un grand enclos de plus de 4000 mètres carrés dans un espace privé à l’écart devant la zone d’exposition, entouré par la nature avec des arbres et des troncs d’arbres, de la végétation naturelle, de l’herbe, une zone de baignade et une grotte.

Cet enclos a été construit en 22 jours, a coûté environ 15 000 $ et a été réalisé selon les normes internationales pour les grands félins. Il a été rendu possible grâce aux personnes qui viennent nous rendre visite à Rescate Wildlife Rescue Center.

Kivú est un emblème du combat que nous devons poursuivre pour que toutes les espèces jouissent d’une vie digne, pour que tous les animaux soient respectés et bien traités. Il a créé un précédent en matière de bien-être des animaux au Costa Rica.

Et bien entendu, il y a de nombreuses autres histoires que vous pourrez découvrir lors de votre visite à Rescate Wildlife Rescue Center. Le centre joue également un très grand rôle éducatif au Costa Rica, notamment pour les nouvelles générations et sur la préservation animale, avec des campagnes durant toute la visite du sanctuaire, qui appuient sur les questions de domestication des animaux sauvages et les questions environnementales :

 

Nous pouvons également, lors de la visite du sanctuaire, apercevoir une information importante, qui mentionne auprès de chacun des animaux, le nombre qui ont pu être soigné et relâché dans la nature comme ceux-ci : 

ET JUSTEMENT, COMMENT ÇA SE PASSE ? PUIS-JE VISITER RESCATE WILDLIFE RESCUE CENTER ?

Après une visite complète du centre, je vous raconte tout et vous explique comment vous pouvez vous aussi vivre une très belle journée au Rescate Wildlife Rescue Center ! Je partage également une très belle vidéo. Suivez-moi…

Pour bien comprendre, laissez-moi vous expliquer comment le centre de secours est divisé. Il y a le centre de sauvetage qui est comme la colonne vertébrale de tout ce projet, c’est-à-dire l’endroit où les animaux sont reçus, plus de 2700 animaux sauvages chaque année pour être réhabilités puis relâchés. Il est très important de souligner que 60 % de cette quantité d’animaux sauvages qui arrivent au centre sont retournés avec succès dans leur habitat naturel.

Et il y a également le sanctuaire de la faune, qui est le seul projet de conservation ouvert au public et que vous pouvez aussi visiter. Ici, il y a plus de 125 espèces exposées et environ 800 animaux, dont des jaguars, des tapirs, des pumas, des coyotes et des singes. Ainsi qu’une grande variété d’oiseaux, de petits mammifères et de reptiles qui ont été sauvés et qui, en raison de déficiences de santé ou de comportement, ne peuvent être réhabilités pour être relâchés dans la nature.

Il y a aussi un troisième projet de conservation qui est le programme d’élevage. Il se trouve sur la même propriété que Rescate Wildlife Rescue Center et là, il y a un travail sur la reproduction d’animaux menacés d’extinction ou des populations réduites.

Personnellement, et encore plus après 10 ans au Costa Rica, je ne suis pas « zoo », mais dans cet objectif et avec le travail formidable qui est fait, je soutiens totalement ce projet et cela permet de faire une visite en famille, de découvrir les espèces d’animaux qui restent difficiles à voir en liberté, notamment en seulement 15 jours de voyage.

Il y a également un espace pour les animaux exotiques où vous pouvez voir des autruches, des émeus, des paons, des faisans colorés et de nombreuses espèces d’oiseaux exotiques. Il existe une mini-ferme de deux hectares spécialement conçus pour les enfants, avec des espaces verts. Une excellente façon de passer du temps en famille.

Si vous souhaitez découvrir le centre, très agréable à visiter en famille avec des enfants, il est ouvert de 9h à 17h, et situé à La Garita de Alajuela, à seulement 15 minutes de l’aéroport international Juan Santamaria et à 40 minutes de San José.

C’est un point très important : le seul moyen de financement dont dispose le Rescate Wildlife Rescue Center est le droit d’entrée que les gens paient pour visiter le sanctuaire, qui est le seul projet ouvert au public, et c’est seulement avec cet argent qu’ils parviennent à réaliser tous ces projets de conservation, même ceux qui sont fermés au public, donc votre visite est vraiment très importante.

Son prix est de 30 $ pour un adulte et 15 $ pour un étudiant étranger ou un enfant. Pour découvrir son site internet : https://www.rescatewildlife.org/es/visitar/. Le parking est gratuit.

Pour moi, c’était important de pouvoir vous offrir plus qu’une simple visite du sanctuaire, et de pouvoir aider et accompagner sur le long terme Rescate Wildlife Rescue Center, j’ai donc mis en place une visite privée rien que pour vous (en anglais ou espagnol, car c’est difficile d’avoir un guide en français), avec une visite guidée de l’hôpital, voir juste ci-dessous :

BON PLAN VERT-COSTA-RICA :

Avec la carte Pass Multiactivités Vert-Costa-Rica, nous vous offrons un tour exclusif !

Tarif de 40$ par personne pour le tour guidé de l’hôpital + visite libre du sanctuaire + déjeuner sur place. Sur réservation uniquement, et présentation de la carte Pass.

Avec ce tour, vous aurez la possibilité de voir l’hôpital qui n’est normalement pas accessible au public. Bien sûr, tout en respectant l’espace des animaux. Il y a des vitres teintées pour que les animaux ne puissent pas vous voir pendant que vous faites la visite de l’hôpital.

INTERVIEWS À DÉCOUVRIR :

NOTRE BOUTIQUE « MONTVERT » :

Et pour aller plus loin, grâce à notre marque de vêtements « MONTVERT », à chacune de vos commandes, 10% des bénéfices sont reversés à l’association Rescate Wildlife Rescue Center, car la protection de la faune du Costa Rica est essentielle !

Si vous souhaitez soutenir Rescate Wildlife Rescue Center, qui a pour mission de protéger et de restaurer la biodiversité du pays grâce à la réhabilitation de la faune, à la reproduction d’espèces en voie de disparition, à la préservation de l’habitat et à la fourniture de soins à vie aux animaux non relâchés, vous pouvez faire un don via la campagne « Sauver Rescate Wildlife Rescue Center ». https://www.gofundme.com/f/saverescate

Vincent VARENNE

Je m’appelle Vincent Varenne, je suis Franco-Costaricien et fondateur du blog de voyage Vert-Costa-Rica.fr. Depuis que j’en ai eu l’âge, j’ai toujours eu la folie du voyage, à parcourir la France avec mon sac à dos ainsi que les capitales européennes … jusqu’au jour où j’ai rencontré Melissa.

Et oui ! Car derrière ce blog, il y a avant tout une histoire d'amour ! Melissa était une jeune Costaricienne qui réalisait une année en France en tant qu’assistante d’espagnol. C’est l’amour qui en juin 2011 m’a poussé à quitter mon pays bleu-blanc-rouge pour découvrir et partir vivre au Costa Rica.

Et c’est cette même année que j’ai décidé de créer le blog Vert-Costa-Rica.fr afin de partager mon expérience et mes conseils en tant que local à tous les francophones amenés à visiter ou vivre dans ce magnifique pays.

Très bonne découverte à Vous ! « Pura Vida !!! »
Vincent Varenne.

Ajouter un commentaire

Ensemble, créons le voyage de vos rêves !

Faites appel à un Coach Voyage au Costa Rica !

Quel région souhaitez-vous découvrir ?

Accueil & BOX Voyage

Profitez d’un accueil personnalisé en français pour débuter votre voyage au Costa Rica du bon pied !

Expats – Partir vivre au Costa Rica :

Le guide pour Vivre au Costa RIca

Acheter un billet :

Vol Air France Direct Paris Costa Rica

Rejoignez-nous sur Facebook !

Épisodes Vidéos :

et, accumsan id, nunc elit. leo vulputate, Lorem mattis Praesent

Costa Rica

Je partage une fois par mois : astuces, anecdotes et les derniers articles voyages sur le Costa Rica, directement dans votre boîte mail.

La Newsletter

LAISSEZ VOTRE E-MAIL POUR RECEVOIR LES DERNIERS ARTICLES DU BLOG :

Vous pouvez bien entendu vous désinscrire quand vous le souhaitez. Et votre email ne sera jamais partagé.

Organisez votre premier
voyage au Costa Rica

Inscrivez-vous pour apprendre à
organiser votre voyage au Costa Rica
pas à pas avec moi en vidéo.

Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici