L’économie au Costa-Rica

 

Pays florissant d’Amérique Centrale avec les meilleurs indicateurs sociaux, le Costa Rica est surnommé “la Suisse de l’Amérique centrale”. L’économie du pays a été florissante dans les années 1970, et a connu un certain ralentissement au cours de la décennie suivante, marquée par l’inflation. Depuis cette période, le Costa Rica doit concentrer ses efforts sur le remboursement des emprunts concédés par le FMI, néanmoins il faut savoir que le PIB par habitant était en 2012 de 9673 $ USD, soit un salaire moyen qui tourne autour de 800 $ par mois, et le salaire minimum autour de 500 $.

Ce qui a aidé cette situation est entre autre le fait que le pays est une démocratie stable depuis plusieurs décennies. Il est aussi connu pour avoir l’un des 5 meilleurs systèmes de santé dans le monde avec un taux d’alphabétisation élevé. Plus de 15% de la population parle couramment l’anglais et sont donc ouverts aux marchés extérieurs avec des politiques adaptées au développement d’entreprise, mais également aux tourismes.

C’est seulement au début des années 90 que certaines compagnies de matériaux, de technologie et de micro-technologie décident de s’implanter dans le pays. La plus notoire est la société Intel et son usine de microprocesseurs. Les multinationales sont encouragées à choisir les différents pays d’Amérique centrale pour installer leurs services de base, et cette arrivée massive d’entreprises permet au pays de disposer d’une source supplémentaire de revenus et de création d´emploi. Un des exemples est la création des zones franches accueillant des entreprises de télécommunications, d’informatique, des centres d’appels, des laboratoires et des industries pharmaceutiques. Il réunit donc les meilleures conditions pour le commerce et les affaires étant donné son faible tarif douanier favorisant ainsi son ouverture aux marchés extérieurs.

Le Costa Rica connaît une étonnante croissance depuis ces dernières années qui s´explique par les exportations, les investissements directs étrangers, la mise en avant d’une agriculture de qualité, et en diversifiant ses activités notamment dans le secteur des services et la bonne santé du secteur touristique étant le premier revenu du pays.  Par exemple, les centres d’appels téléphoniques s’implantent de plus en plus et représentent divers secteurs tels que l’industrie des loisirs avec la marque de poker en ligne PokerStars, mais aussi Aegis Communications, ou encore les géants Amazon, HP et IBM. Certaines grosses compagnies gèrent plusieurs centres téléphoniques comme CustomerSpeak et ses 500 agents. D’autres boîtes renommées comme la très célèbre Bank Of America sont présentes dans le pays, même si cette dernière à licencié massivement en 2014.

 

L'économie au Costa-Rica

 

 

Le café du Costa Rica qui est surtout cultivé dans la vallée centrale est reconnu dans le monde entier. La banane est la principale culture, elle est cultivée dans de grandes plantations sur la côte des Caraïbes (Limón). Le pays est d’ailleurs le 3e exportateur mondial de banane avec la banane standardisée qui est cultivée pour l’exportation (très connue en France avec la marque Chiquita). En plus petite quantité, ou retrouve aussi la culture des ananas, du cacao et de la canne à sucre. Puis viennent en quantité modestes le maïs, le riz, les légumes…

Enfin il faut savoir que le Costa Rica est un des pays les plus visités d’Amérique centrale et qu’il le doit aussi à son Écotourisme, c’est la source de revenus la plus importante devant l’agriculture. En raison de la vague écologique qui a déferlé sur le monde au milieu des années 1980, les regards se sont tournés vers ce petit pays qui n’avait pourtant pas pensé à l’origine au “tourisme nature” ou “tourisme écologique” en créant des aires de protection de sa faune et de sa flore : les Costariciens ont fait du tourisme vert sans le savoir… Les touristes nord-américains redécouvrent les richesses écologiques du Costa Rica après le soleil et la mer. En 2009, 46% des touristes internationaux visite le pays pour des activités en rapport avec la nature et l’aventure, et ils apprécient que la nourriture et les loisirs soient bon marché. Le pays a été inclus dans les 10 meilleures destinations Éthiques  par l’ « Ethical Traveler Magazine ».

Pour ces touristes en mal de retour à la nature, des complexes hôteliers ont été édifiés sur les plages les mieux exposées comme au nord de la péninsule de Nicoya. Les parcs nationaux se sont multipliés, jusqu´à couvrir aujourd’hui, environ 25% du territoire, et les activités sportives et culturelles se sont développé afin d´hisser le tourisme au rang de première ressource nationale.